Le Trilogiport: un outil au service du renouveau économique Liègeois

  1. Introduction

Le secteur de la logistique connaît un essor remarquable. L’augmentation des trafics de produits conteneurisés eu Europe, et plus largement dans le monde, place Liège et son Port autonome dans une position importante.

Les ports d’Anvers et de Rotterdam, qualifiés de ports maritimes, connaissent une saturation des réseaux routiers et des espaces disponibles nécessaire à l’accroissement de la demande. Ce phénomène de saturation semble être une formidable opportunité pour le Port autonome de Liège (PAL).  Par la mise en place d’une plate-forme multimodale et d’un parc logistique, le PAL doit jouer un rôle d’arrière port des ports maritimes (Anvers et Rotterdam).

Par sa position géographique, Liège est au cœur des marchés Nord Ouest de l’Europe et des eurocorridors. Il est le troisième port intérieur d’Europe, relié à Anvers via le Canal Albert, accessible aux navires de mer et il dispose déjà d’entreprises de transports et de logistique sur place.

La décision de créer une plateforme multimodale pour le Port Autonome de Liège à Oupeye (Hermalle-sous-Argenteau) en basse meuse liégeoise suscite de grandes attentes en termes économiques et d’emploi. Le Trilogiport porte en effet de nombreux espoirs, notamment en ce qui concerne la création d’activités nouvelles et le développement d’une offre de travail pour divers profils d’emplois, dont les profils faiblement qualifiés.

La réflexion sur le développement du Trilogiport s’inscrit dans une réflexion stratégique plus large sur le développement de complémentarités entre anciens secteurs industriels et les secteurs émergents dont celui de la logistique.

  1. Le projet de Trilogiport en quelques mots

Les données clés du projet

Liège Trilogiport est un projet né de la volonté du Port autonome de Liège (PAL) de participer au redéploiement économique de la région liégeoise. Soutenu par les communes de Visé, Herstal et Oupeye ainsi que par l’ensemble des acteurs économiques liégeois, il présente un atout considérable pour la redynamisation de la Basse-Meuse et de la région liégeoise toute entière.

Grâce à Liège Trilogiport, le PAL pourra, encore à l’avenir, accueillir de nouvelles entreprises et conforter la progression de son trafic fluvial, tout en assurant le développement économique durable de la région liégeoise. Véritable « village logistique », Liège Trilogiport constitue la plus récente action liégeoise d’envergure en matière de redéploiement économique.

La plate-forme multimodale Liège Trilogiport associe sur un même site de plus de 100 hectares :

  • Un terminal à conteneurs trimodal (eau – rail – route) (15 ha) ;
  • Des terrains logistiques avec des entrepôts de dernière génération (41,7 ha) ;
  • Des terrains portuaires (22 ha) ;
  • Une zone de services tertiaires (1,8 ha) ;
  • Une zone d’intégration environnementale (25 ha).

Les zones du Trilogiport :

  1. Terminal à conteneurs (15 ha)

700 mètres de quai le long du canal Albert seront réservés à l’activité de chargement et de déchargement des bateaux à l’aide d’engins de manutention adaptés.

  1. Terrains logistiques (41,7 ha)

Cette zone est destinée à accueillir des centres de distribution européens, c’est-à-dire des sociétés qui apporteront une plus-value aux marchandises qui transitent par conteneurs. A titre d’exemple, on peut citer le reconditionnement, l’emballage, l’assemblage de marchandises, …

  1. Terrains portuaires (22ha)

Liège Trilogiport dispose de 22 ha de terrains portuaires principalement situés au nord de la plate-forme multimodale qui seront mis à la disposition des entreprises intéressées par le transport fluvial. Ces zones présentent l’avantage d’un accès direct au quai.

  1. Zone de services (1,8ha)

Cette zone regroupera certains services tertiaires de la plate-forme multimodale.

  1. Zone d’intégration environnementale (39 ha)

Ce sont près de 39 hectares, qui sont dédiés à des aménagements environnementaux et urbanistiques tout autour de la plate-forme (vergers, jardins communautaires, piste cyclo-pédestre, plans d’eau avec pontons pour pêcheurs, zone arborée).

C’est également :

  • 3 accès à la mer : Anvers ; Rotterdam ; Dunkerque ;
  • 3 modes de transport : eau ; rail ; route ;
  • 3 marchés transfrontaliers : France ; Pays-Bas ; Allemagne.

Le montant des investissements de l’aménagement de la plate-forme Liège Trilogiport s’élève à plus de 47 millions € d’investissements publics auxquels viennent s’ajouter 115 millions € d’investissements privés.

Forces et opportunités liées au projet multimodal liégeois

Les forces du projet multimodal sont nombreuses. Le site du Trilogiport bénéficie d’une superficie suffisante pour permettre le développement à la fois d’un terminal trimodal, mais également de l’accueil d’activités logistiques. À cela s’ajoute le fait, qu’une voie d’eau permet aux grands gabarits de naviguer jusque Liège, rendant ainsi accessible le site aux convois poussés jusqu’à 4500 T et aux unités fluvio-maritimes jusqu’à 2300 T.

En outre, au regard de la compétition avec d’autres sites portuaires, Liège se situe seulement à 15 heures de navigation d’Anvers, ce qui représente un atout géographique important. À cela s’ajoute la présence de seulement 6 écluses sur ce parcours Liège-Anvers, ce qui permet une plus grande fluidité du trafic.Le réseau autoroutier et ferroviaire garantit également un accès rapide aux pays voisins et aux grandes villes européennes.

Si ces différents atouts permettent de mieux comprendre la pertinence du Trilogiport, une série d’opportunités ont également permis de concevoir ce projet. La première est la congestion et la saturation des terrains dans les régions d’Anvers et de Rotterdam, ce qui permet d’envisager le renforcement d’activités dans les ports de l’hinterland de ces deux ports, et donc notamment à Liège.

Enfin, deux opportunités d’ordre logistique sont également déterminantes : la proximité de plusieurs opérateurs ferroviaires dont B-Cargo ainsi que le raccordement ferroviaire du site par un potentialité de prolongation de la ligne existante via le site de Chertal, propriété d’Arcelor-Mittal.

Le potentiel en termes de création d’emplois 

Le projet du Trilogiport se dessine comme un lieu stratégique de création de nouveaux emplois en Basse-Meuse et, plus largement pour l’Arrondissement de Liège. Cela conforte l’objectif initial de ce projet de longue haleine, qui associe partenaires privés et publics, et qui reste en effet avant tout la création d’emplois.

Mais quid de l’ampleur de celle-ci ?

Les études en la matière estiment les emplois créés à plus de 2000 dans les entreprises de transformations de produits qui s’installeront autour des halls logistiques. Ces emplois seront de type industriel. Via cette création d’emplois, Liège se positionnera comme un centre de logistique majeur en Europe.

Les succès et le développement futur du Trilogiport ne sont pour autant pas inscrits dans les astres. Il nous faudra défendre avec ardeur cette ambition de profiler la région liégeoise comme pionnière dans le domaine logistique. Cela passera évidemment par la promotion des nouvelles infrastructures et de la nouvelle zone d’activité. Car, en définitive, ce travail mené par de nombreux acteurs locaux, loin de se clôturer, ne fait que commencer.

Au regard de ses différents atouts, de ses forces et de son ambition, le Trilogiport est et sera un outil essentiel du développement économique de notre région. Et son avenir dépendra donc aussi, au-delà des contingences économiques, surtout de notre capacité collective à nous mobiliser autour de ce projet, de notre volonté de le défendre et de notre capacité à le faire vivre. Le Trilogiport n’est ni une manne céleste, ni un chantier inutile, c’est une opportunité que Liège se crée : à nous toutes et tous de la saisir.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*