Jean-Joseph Merlot (Seraing 1913 – Liège 1969)

Merlot fait ses études à l’Université de Liège, où il devient Docteur en droit et licencié en sciences  politiques et sociales. Il est Secrétaire national des Etudiants Socialistes (1933-1934), puis Président (1934-1935).

En 1940, il participe à la « campagne des 18 jours » avant d’entrer dans la Résistance. Au sortir de la guerre, il suit le sillage de son père, Joseph Merlot, et devient Conseiller communal de Seraing en 1946, puis Bourgmestre de 1947 à 1969.

Elu Député de l’arrondissement en 1954 (jusqu’en 1969), Jean-Joseph Merlot prend une part active aux grèves de l’hiver 60-61. Wallon et fédéraliste, il démissionne de son Ministère des Travaux Publics (1961-1962), pour « rester en communauté d’idée avec la Fédération liégeoise du PSB sur la question fouronnaise ».

Par la suite, il devient Vice-Président de la Chambre et Président de la Commission des Finances (1963-1968). Merlot occupe encore une charge ministérielle – Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires  Economiques (1968-1969) – quand, victime d’un accident de voiture, la mort vient le faucher à l’âge de 55 ans. André Cools va alors lui succéder en tant que Vice-Premier Ministre et leader du PS liégeois.